Mieux comprendre l'Appel à projets Tourisme, Culture et Numérique

Suite à la crise de la COVID-19, la Région Nouvelle-Aquitaine souhaite accompagner la relance économique nécessaire des filières du tourisme et de la culture. Pour cela, elle a lancé l'appel à projets Tourisme, Culture et Numérique qui vise à favoriser des collaborations inter-filières et utiliser le numérique au bénéfice des structures touristiques et culturelles néo-aquitaines.

À l'occasion de la mise en place de ce dispositif, l'ALIPTIC, association limousine des professionnels des technologies de l'information et de la communication, a organisé un temps d'échanges en ligne dédié à l'appel à projets le 14 janvier 2021.

Retrouvez la restitution de ce temps d'échange et des ressources pour mieux comprendre l'appel à projets Tourisme, Culture et Numérique. Vous trouverez notamment dans la rubrique FAQ des réponses à des questions posées lors du webinaire qui pourront vous permettre d'élaborer votre dossier de candidature.

Le Webinaire, temps d'échanges dédié

Ce "replay" du webinaire vous permet de découvrir ou de redécouvrir une présentation de l'appel à projets (philosophie, objectifs, critères d'éligibilités, compatibilité...), des présentations-témoignages de 3 projets (Le Temple de Montélu à Cassinomagus : support de présentation disponible en cliquant ici ; Les fantômes d’Angoulême par le Festival Bisous partout ; Malagar Numérique), la présentation de l'E-book Usages et pratiques numériques muséales et patrimoniales en Nouvelle-Aquitaine.

Ainsi qu'un temps de questions via le chat (voir développement des questions/réponses plus bas dans l'article).

Nous vous mettons à disposition le support de présentation de l'appel à projets.
Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

FAQ - questions/réponses

Le projet peut-il être porté par une commune ? Une entreprise ? Chacun pouvant drainer un partenariat collectif sur son territoire ?
Les collectivités et les entreprises sont éligibles à cet appel à projets. La Région s’assurera de la cohérence entre les initiatives portées sur le même territoire.

Nous sommes un collectif d'artistes dont certains travaillent le numérique. Trois artistes graphistes et un artiste numérique travailleraient sur ce projet au sein de notre collectif. Peut-on s'entourer uniquement d'acteurs du tourisme ?
L’appel à projets vise à soutenir des projets comportant les 3 dimensions (culturelle, touristique et numérique), c’est aux porteurs de projet de présenter cet ensemble cohérent.

Est-ce qu'un projet peut concerner plusieurs thèmes (ex : ligne de démarcation et musée) ?
Oui, si le projet est cohérent dans son ensemble.

Nous sommes une web radio, est-ce que nos champs d'action rentrent dans votre définition du numérique ?
Tout dépend de la nature du projet que vous souhaitez déposer (non lié à une aide au fonctionnement).

Le projet peut-il être de l'ordre de la création d'un nouveau média (dédié à la musique par exemple) ?
Tout dépend de la nature du projet que vous souhaitez déposer (non lié à une aide au fonctionnement).

Si un territoire est déjà aidé par la Région (Ville et Pays d'Art et d'Histoire) il ne peut candidater à cet appel à projets ?
Un territoire déjà financé sur une aide régionale au fonctionnement par exemple, et qui porterait un projet éligible à l’appel à projets Tourisme, Culture et Numérique, peut tout à fait candidater à cet appel à projets.

Une subvention départementale ne peut être cumulée avec la Région ?
Oui, il est possible de cumuler plusieurs types d’aides publiques (européennes, nationales, régionales, départementales, intercommunales, etc.).

Si on commence le projet avec des investissements financiers actuels, ces investissements pourront-ils quand même être remboursés à posteriori ?
Si votre dossier est retenu, les dépenses éligibles seront celles engagées à partir de la date de dépôt de candidature.

Un projet peut-il être soutenu si des dépenses ont déjà été engagées ?
Les dépenses seront éligibles à partir de la date de dépôt de candidature si votre dossier est retenu.

Concernant les dispositifs numériques, comment trouver des fonds pour financer les besoins techniques, ingénieurs du son, montage ? Où trouver des fonds pour la diffusion sur les plateformes etc. ?
Il existe d’autres dispositifs de financement, contactez-nous via le site numerique-culturel.fr/propos-contact.

Est-ce possible de déposer un dossier si on a déjà obtenu un soutien auparavant (en 2019) ?
Oui, vous pouvez tout à fait candidater en tant que bénéficiaire d’un autre dispositifs de la Région mais pour un nouveau projet.

Sur le règlement de l'AAP il est précisé : "Seront exclus : les applications ou sites web d’information ou de promotion". Pouvez-vous préciser ?
Cet appel à projets a vocation à soutenir des démarches novatrices et donc en dehors des outils classiques de communication ou de promotion des porteurs de projets.

Qu'en est-il précisément de la garantie de confidentialité des innovations de concept ou de technologie apportées par l'appel à projets ?
La Région pourra tout à fait garantir la confidentialité des innovations présentées si les porteurs de projet l’exigent.

Comment trouver un prestataire numérique pour mon projet ?
Compléter le formulaire de l’ALIPTIC qui diffusera votre recherche à ses adhérents et/ou aux autres clusters numériques de Nouvelle-Aquitaine.

Cet appel à projets sera t-il reconduit en 2022 ?
Nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui de vous confirmer sa reconduction pour 2022.

Quels sont les budgets de ces différents projets ?

Adeline Sourisseau (La NEF) pour le projet Les fantômes d’Angoulême
« 52600 € »

Dominique Lyoen (Novo3d) et Marie Dreyer (Cassinomagus) pour le projet Le Temple de Montélu à Cassinomagus : 
« pour le Visioguide VR appliqué au Temple de Montélu à Cassinomagus, nous avions déjà une partie de la scène 3D temps-réel de faite et cela a permis de faire baisser le coût global. Si nous devions partir de zéro, avec l'offre du Visioguide déjà en place, il est raisonnable de penser que l'ensemble de l'expérience serait à chiffrer pour un minimum de 45000 euros, avec une fourchette haute à 65000 euros. Après, le prix varie en fonction du contenu, de la longueur, complexité et richesse de celui-ci (toute restitution historique dépend de l'état des données disponibles au démarrage du projet). Pour les casques eux-mêmes, ils sont à prix unitaire de 550 €. Le boîtier + tablette du Visioguide est à 3000 € l'ensemble. »

Marie-Sylvie Bitarelle (Centre François Mauriac) pour le projet Malagar Numérique :
« pour Malagar Numérique, la totalité du projet (2 tranches / marché public) = 451 948 €, financés à 80% par la Région Nouvelle-Aquitaine et à 20 % par le Centre François Mauriac. »

Quelle durée pour réfléchir et monter ces projets ? À combien de personnes ? Quels investissements (part autofinancement et part subvention ?)

Adeline Sourisseau (La NEF) pour le projet Les fantômes d’Angoulême
« un an. 2 personnes de la Nef, 4 personnes du collectif Paon, une personne de l’Office de tourisme, une personne du Pays d’Art et d’Histoire, un musicien, 4 professeurs des écoles, un professeur de l’école départementale de musique et un professeur du conservatoire. 22% d’autofinancement, le reste sur 4 financements différents. »

Dominique Lyoen (Novo3d) et Marie Dreyer (Cassinomagus) pour le projet Le Temple de Montélu à Cassinomagus : 
« il a fallu plusieurs mois de réflexion, à partir d'une démo fonctionnelle que nous avons auto-financée, pour monter le projet encore une fois, il tire partie de notre collaboration sur la durée avec Cassinomagus, donc cela a accéléré le processus. La prise de décision a été faite entre quatre personnes représentant Cassinomagus, Alfran et Novo3D. Sur la somme totale rassemblée, la Région a accepté de nous suivre à 50%. »

Marie-Sylvie Bitarelle (Centre François Mauriac) pour le projet Malagar Numérique :
« la réflexion autour du numérique a débuté en 2017, en solitaire pour commencer, puis en associant 5 membres de l’équipe de Malagar (2 médiatrices, chargée de communication, secrétaire générale et directrice) à la sélection et organisation des contenus avec le concours du service numérique culturel de la Région, et à l’élaboration du budget. La même équipe a ensuite travaillé avec le prestataire sur le suivi du projet, la conception des outils numériques et leur prise en main. 
La Tranche 1 (visite virtuelle, visite exportable, écrans tactiles et escape game) est opérationnelle depuis novembre 2020, soit 3 ans après le début de la réflexion. »

Peut-on avoir le coût de l'acquisition, surtout le coût de maintenance, y a-t-il un contrat de maintenance avec les prestataires ?

Adeline Sourisseau (La NEF) pour le projet Les fantômes d’Angoulême
« l’application en elle-même coûte 13000 € avec 500 € additionnels à chaque fois qu’on veut rajouter du contenu. »

Dominique Lyoen (Novo3d) et Marie Dreyer (Cassinomagus) pour le projet Le Temple de Montélu à Cassinomagus : 
« pour notre part, le matériel n'est ni coûteux ni lourd, c'est l'une des clefs du dispositif. Comme dit plus haut, les casques sont à 550 € pièce, le coût du bloc boîtier Visioguide et tablette Android est de 3000 €. La maintenance est très simple, il suffit de mettre les appareils à recharger entre chaque session de visite, ainsi que les désinfecter avec une lingette hydroalcoolique. 
Le renouvellement des casques a été pris en compte dans le projet global, pour ce qui est de leur maintenance et de mises à jour éventuelles elles sont prises en charge par Novo3D. »

Marie-Sylvie Bitarelle (Centre François Mauriac) pour le projet Malagar Numérique :
« il y a bien sûr un contrat de maintenance sur l’ensemble des dispositifs pour un montant de 6528 € sur 3 ans. »

Est-ce qu'avec la COVID19, les visiteurs ne sont pas réticents à enfiler un casque partagé malgré le nettoyage avec les lingettes ?

Adeline Sourisseau (La NEF) pour le projet Les fantômes d’Angoulême
« de notre côté, nous ne sommes pas vraiment impactés car le visiteur utilise son propre smartphone. »

Dominique Lyoen (Novo3d) et Marie Dreyer (Cassinomagus) pour le projet Le Temple de Montélu à Cassinomagus : 
« les casques (NEO2 de la marque PICO) ont été choisis notamment car la partie souple qui vient contre le visage est lisse et plastifiée, la rendant facile à nettoyer et désinfecter. Le médiateur nettoyant systématiquement le matériel (casque + manettes) devant les visiteurs, il n'y a eu aucun doute d'exprimé sur la propreté du matériel et aucun visiteur n'a refusé de le mettre pour cette raison. D'autant plus que chaque visiteur porte son masque et, familles mises à part, une distance de sécurité était observée entre chaque visiteur. 
Si le cas d'un refus devait arriver, il y a deux réponses : soit un masque en papier jetable qui vient se mettre entre le casque et le visage, soit une peau en silicone qui se place sur la partie souple et qui peut s'enlever pour être désinfectée en profondeur. Ces solutions existent, mais n'ont jamais été utilisées sur site pour l'instant. »

Marie-Sylvie Bitarelle (Centre François Mauriac) pour le projet Malagar Numérique :
« l'accueil du public a été totalement repensé avec la mise en place d’un protocole sanitaire rigoureux : port du masque obligatoire (guides et visiteurs), gel hydroalcoolique, sens de circulation, jauge réduite, temps dédié à la désinfection du matériel, aération des espaces d'accueil et de visite, distanciation physique… 
Ces mesures sont expliquées en amont des visites et n’ont, durant les périodes d’exploitation (entre 2 confinements), suscité aucune réticence de la part des visiteurs qui étaient plutôt très demandeurs. »

Exemples de projets attendus